In Mot d'expert, Presse

Source : Dynamique Mag

question

La Franchise a su prendre une place exponentielle ses dernières années. Si tous les entrepreneurs ne l’envisagent pas, elle possède des avantages non négligeables pour le franchisé comme pour le franchiseur. Le choix de ce mode qui, est de plus en plus fréquent et s’est largement démocratisé, pourrait plaire à bien plus d’un créateur d’entreprise qui souhaite se lancer dans l’aventure.



Les bases de la franchise.

Tout d’abord la franchise repose sur un contrat signé pour une durée déterminée qui permet à un franchisé d’exploiter la marque commerciale du franchiseur ainsi que son identité visuelle. Autrement dit, il peut utiliser l’enseigne ou le nom commun de l’entreprise ainsi qu’avoir une présentation uniforme de ses locaux que l’on appelle souvent « signes de ralliement de la clientèle » ou droits incorporels. La base d’un contrat de franchise est non seulement une transmission de marque comme « Mc Donald » par exemple mais également et peut-être surtout une expertise. Il s’agit en quelque sorte de la transmission des secrets de la réussite qui ne sont pas brevetées et qui résultent de l’expérience du franchiseur. La maîtrise du produit, du secteur et de la clientèle occupe donc une place essentielle dans le contrat de franchise. Les transmettre implique donc naturellement d’avoir en général un ou plusieurs sites pilotes qui ont fait leurs preuves. Autre élément déterminant : le franchiseur doit fournir une assistance technique et commerciale pendant toute la durée de l’accord. Il ne s’agit pas simplement de transmettre un savoir-faire initial puis de laisser le franchisé dans la nature mais bien de l’accompagner dans la réussite de l’entreprise. Le Franchisé garde son indépendance même s’il doit respecter le concept tel qu’il est défini dans le Manuel Opératoire, souvent surnommé Bible, et évolue souvent dans un réseau de franchisés. Il doit respecter la charte d’utilisation de la marque et doit, en contrepartie, de la transmission du savoir-faire et de l’assistance, payer un coût, souvent par l’intermédiaire de droits d’entrée ainsi que de redevances.

La franchise à quoi cela sert globalement ?

En dehors de la transmission de l’expertise, la franchise sert avant tout pour le franchisé à disposer d’une notoriété dès le départ, d’un concept et d’un savoir-faire qui ont été éprouvés sur le marché. Il évite l’aléa initial de savoir si l’offre rencontre une demande réelle. Il diminue ainsi ses risques initiaux de subir un échec pour une non adéquation du concept par rapport à la réalité du marché. Cela n’induit pas forcément une réussite mais clairement l’échec demeure moins fréquent dans cette modalité d’entrepreneuriat. Pour le franchiseur, L’objectif est avant tout de pouvoir se développer rapidement et d’attaquer des zones géographiques qu’il n’aurait pas pu investir ou qu’il aurait mis du temps à développer seul. Le franchisé donne un apport qui permet financièrement de lancer une structure, sa capacité d’endettement dans bien des cas ainsi et peut-être surtout, sa force de travail, puisqu’il reste un entrepreneur. Il n’y a donc pas à le manager comme on le ferait pour un salarié puisqu’il est indépendant. Le franchiseur peut ainsi faire appel aux talents de chef d’entreprise du franchisé ainsi qu’à ses qualités de manager, de commerçant ou encore à ses compétences en communication.

LES TAUX DE RÉUSSITE
La franchise connait un vif succès pour les entrepreneurs avec une évolution rapide du nombre de franchiseurs qui sont passés de 1 396 en 2009 à 2 049 en 2019 ! Le chiffre d’affaires n’est pas non plus resté statique en passant de 47.72 milliards d’euros à 67.80 milliards ! Avec un taux de réussite en franchise qui varient de 70 à 90 % selon les points de ventes, on comprend mieux pourquoi la franchise attire de plus en plus de candidats.

Start typing and press Enter to search