In Mot d'expert
question

Les formes de réseaux commerciaux physique sont en pleine mutation. En effet, la concurrence est de plus en plus rude, et les consommateurs sont devenus à la fois exigeants et experts. De plus, avec l’e-commerce qui est ancré dans les habitudes des Français, la rentabilité des points de vente physiques est mise à mal. Les prix sont toujours tirés vers le bas alors que les charges fixes (loyer, consommation énergétique, personnel) subsistent.

Pour arriver à joindre les deux bouts, de multiples formes de commerces en réseau sont apparues. Comme dirait l’expression : l’union fait la force.

Les différentes formes de commerce

Aujourd’hui en France, les principales formes de réseaux commerciaux sont :

  • Le Commerce Coopératif et Associé : il s’agit du rassemblement  en une enseigne commune de plusieurs commerçants propriétaires et indépendants. L’objectif étant de  mutualiser leurs moyens et de mener une politique commune.

  • La franchise : Le contrat de franchise associe la marque ou une enseigne à un ou plusieurs commerçants indépendants. Nous ferons article dédié à la franchise car il existe des sous catégories telles que la license de marque / la commission affiliation / localisation gérance
  • Le réseau intégré ou succursaliste: il s’agit d’un groupement familial, d’investisseurs ou d’actionnaires, qui contrôlent un réseau de points de vente. Ceux-ci sont des filiales ou des succursales qui appartiennent à la maison mère. Ils sont en majeure partie dirigés par des salariés du groupe.

L’association de ces différentes formes est possible !

En effet, ces formes de réseaux commerciaux ne sont pas incompatibles. Il existe des enseignes qui de par leurs tailles conséquentes peuvent cumuler plusieurs typologies de réseau. C’est ce que l’on appelle un réseau mixte.

En général, celui-ci est composé d’un réseau de distribution incluant à la fois des points de vente  succursalistes et des points de vente appartenant à des indépendants (franchisés, concessionnaires…). Le principe de ce type de réseau est à la croisée des chemins du réseau de franchise et du réseau de distribution intégré.

Le réseau de sites physiques du Club Med en est un parfait exemple. En 2018, ceux-ci comptaient 240 agences succursales, 17 agences de franchisés et des emplacements de type « corner » chez des agences de voyages partenaires.

C’est le cas de certains réseaux d’opticiens qui allient à la fois coopérative, franchise, intégré et même la master franchise. Pour citer un autre exemple, le réseau Speedy possède une partie de son parc en franchisé, l’autre en succursale.

Pourquoi les réseaux mixtes sont-ils les plus compétitifs, voire les plus puissants ?

Ces réseaux commerciaux possèdent des ressources importantes et peuvent gagner en flexibilité en prenant des emplacements en fonction de la forme la plus avantageuse pour eux. Ils ont les moyens d’investir dans des succursales coûteuses sur des emplacements chers, mais aussi d’appuyer leurs présences en multipliant les franchises dans des emplacements moins onéreux, là où il ne serait pas rentable d’implanter une succursale.

En résumé, les formes réseaux commerciaux mixtes ont une force de frappe qui leur permet de :

  • tester et maîtriser un concept par l’utilisation de succursales qui peuvent servir de magasins témoins
  • stimuler et dynamiser le réseau commercial
  • développer rapidement un concept et le maillage du territoire
  • développer les capacités d’investissement et la synergie des compétences.

Alexandre CHATTI

Start typing and press Enter to search

Please accept statistics cookies to watch this video.