In Mot d'expert

Les nouveaux délais de paiement entrés en vigueur le 1er janvier 2009 imposent aux entreprises de dégager davantage de trésorerie. L’organisation en réseau peut y contribuer. A condition de disposer des bons systèmes d’information et d’analyse.

Depuis le 1er janvier 2009 le délai de paiement des fournisseurs est plafonné à 45 jours fin de mois ou 60 jours calendaires. Ceci découle de la Loi de Modernisation de l’Economie (LME) votée le 5 juin 2008. En clair, cela signifie que les entreprises devront dégager plus de trésorerie, plus rapidement.

Plusieurs réponses sont possibles.
Pour dégager plus de trésorerie, certaines actions viennent immédiatement à l’esprit : négocier avec les fournisseurs, optimiser la gestion des stocks, disposer d’un prévisionnel fiable, maîtriser les charges, enfin consolider les partenariats bancaires.

1. Négocier avec les fournisseurs ?
De par une organisation en réseau, les relations avec les fournisseurs sont déjà très négociées. Le poids que représente un réseau pour un fournisseur est, en général, suffisamment important pour que ce dernier propose des conditions très intéressantes. La marge d’action à ce niveau sera donc modeste, voire nulle.

2. Optimiser la gestion des stocks ?
Là, les possibilités sont nettement plus intéressantes : identifier les produits à faible rotation et à forte rotation pour se débarrasser des uns et ne jamais manquer des autres, établir des commandes prenant en compte les franco de port, identifier les produits à forte marge, etc…
Combien de points de vente possèdent aujourd’hui un stock qui ne tourne jamais et qui représente une immobilisation de trésorerie stérile…
Pour ce faire il faut disposer d’un système d’information performant permettant d’analyser les stocks (si possible jusqu’à l’article) afin de pouvoir agir en connaissance de cause.
Dans un réseau de commerce et de distribution, il est particulièrement intéressant de pouvoir comparer les données d’un point de vente par rapport aux ratios référents du réseau tout entier. Cela permet d’optimiser les stocks non seulement par rapport à l’historique du magasin, mais également par rapport aux meilleures pratiques de gestion de stock de l’ensemble du réseau.
Les gains de trésorerie alors constatés varient de 18 à 48 % de la valeur du stock tout en maintenant « l’effet masse » nécessaire au développement du chiffre d’affaires.

3. Disposer d’un prévisionnel fiable.
Un des problèmes récurrent est de pouvoir chiffrer au mois le mois les besoins exacts en trésorerie. Un prévisionnel fiable s’appuyant sur l’historique de la société, ainsi que sur les ratios médians du réseau permet d’anticiper l’activité et de prévoir les besoins sur l’année.
Un reporting régulier apporte une analyse des écarts et une capacité de réaction accrue.

4. Maîtriser les charges.
Cela s’inscrit également dans la réalisation d’un budget fiable et réaliste permettant d’anticiper les besoins, notamment au niveau des charges fixes.

5. Consolider les partenariats bancaires.
Les banques sont d’autant plus disposées à vous suivre qu’elles sont convaincues de votre bonne santé financière et commerciale ; que ce soit pour un point de vente ou un réseau.
Pour ce faire, pouvoir justifier d’un suivi de gestion sérieux par l’intermédiaire d’un budget et de tableaux de bord mensuels représente un atout quasiment imparable.

Pour conclure, chaque action doit répondre à l’intérêt individuel de chaque membre, mais aussi à l’intérêt collectif du réseau en permettant d’agir localement quand nécessaire, et globalement pour la stratégie de groupe.
Cette vision partagée est possible à moindre coût avec l’évolution des technologies permettant des traitements de masse de l’information, tout en offrant un accès simplifié par le web.

Source : Franchise Magazine

Start typing and press Enter to search

Préparer les transmissions d'entreprises dans les réseaux